champ de bataille

Nous avons parcouru le monde en visitant 15 pays en 10 mois, mais rien n’aurait pu nous préparer à l’horreur que nous avons trouvée lors des visites à la prison de sécurité et aux champs de meurtres, ce jour-là à Phnom Penh

Les Khmers Rouges ont été les premiers à s’emparer de la prison de sécurité.

Pol Pot a créé le Kampuchea, l’État contrôlé par les Khmers rouges, et a pris le contrôle du lycée Tuol Svay Prey dans la capitale du Cambodge, Phnom Penh. Il le transforme en Tuol Sleng la tristement célèbre prison de sécurité appelée S.21 un centre de torture et d’interrogatoire dirigé par les Khmers rouges.

Ma première impression a été la surprise de voir que ce centre de torture, ou musée du génocide comme on l’appelle maintenant, se trouvait en plein milieu de la ville. Il ressemble à n’importe quel autre lycée ; cinq bâtiments de trois étages, de la taille d’un collège britannique, donnent sur une aire de jeu avec des appareils de gymnastique, une cour et des pelouses vertes. Nous devions découvrir plus tard que cette aire de jeux et ces agrès étaient adaptés à la torture des prisonniers

Il n’y a pas de doute que l’école est un lieu de torture.

Surprenant, il n’est pas en ruines, loin de là, il est en état quasi parfait ayant été construit en 1962. Mais on oublie alors qu’il a été transformé en centre de torture il y a seulement 40 ans, au milieu des années 1970

Il n’y a pas de centre de torture.

20 000 prisonniers à Tuol Sleng ont été torturés, interrogés et « traités » avant d’être transportés vers les champs de la mort, sept ont survécu. Sept ont survécu, sur vingt mille.

Notre guide était Socmail, une dame d’une cinquantaine d’années à la voix calme. Alors qu’elle conduisait notre petit groupe dans les salles de classe converties en chambres de torture, elle a raconté comment les moines, les artistes, les professionnels, les médecins, les enseignants, les personnes éduquées et les intellectuels ont tous été arrêtés parce qu’ils étaient soupçonnés d’être des traîtres au nouvel État. Bizarrement, cela incluait tous ceux qui avaient des lunettes ou des mains douces et ceux qui pouvaient parler une langue étrangère

Il s’agit d’un lieu où l’on se sent bien.

Les chambres carrées en décomposition de 15 métres carré, avaient les lits rouillés d’origine en place avec leurs chaînes et leurs entraves attachées, aux côtés des instruments de torture. Chaque détenu était interrogé chaque jour jusqu’à ce qu’il avoue quelque chose, n’importe quoi pour faire cesser la douleur.

Les pièces auraient inclus une machine à écrire, ainsi lorsque le prisonnier admettait un acte de trahison, l’interrogateur arrêtait la punition et enregistrait la confession. Une fois terminé, il était donné à la victime pour qu’un X soit griffonné sur le papier. Ils avaient en effet signé leur propre arrêt de mort, les Khmers rouges pensaient qu’ils avaient maintenant la justification pour envoyer le prisonnier dans les champs de la mort.

Les tortures incroyablement brutales et barbares à Tuol Sleng comprenaient les chocs électriques, le water boarding avec de l’eau bouillante, l’extraction des ongles avec de l’alcool versé sur les plaies, la noyade, la pendaison et les piqûres de scorpion pour les femmes. Il s’agissait d’une torture à l’échelle industrielle, vicieuse, inhumaine et excessivement cruelle.

Le panneau Sécurité du règlement reste dans la cour de l’école, les nouveaux détenus étaient obligés de le réciter à leur arrivée

La sécurité du règlement est une réalité.

Chaque détenu était photographié à son arrivée et s’il mourait sous la torture, il était à nouveau photographié afin que l’image puisse être envoyée aux responsables khmers rouges

C’est au cours de cette séance que les détenus ont été photographiés.

C’est au cours de cette explication que Socmail nous a dit tranquillement que son frère et son père, un enseignant, avaient tous deux été emmenés à Tuol Sleng, pour ne jamais revenir. Notre petit groupe s’est tu, que dire ?

À l’âge de 13 ans, elle a été expulsée de Phnom Penh et forcée de parcourir à pied les 183 miles jusqu’à Bat Tambang pour travailler dans les rizières pour le régime démocratique du Kampuchea, cela a duré trois mois. Elle a dit qu’elle a travaillé 12 heures par jour pendant trois ans, huit mois et vingt jours, c’était il y a quarante-trois ans, elle avait compté chaque jour là bas.

On nous a montré des salles de classe au deuxième étage où jusqu’à 50 prisonniers étaient enchaînés ensemble pour dormir sur les sols en pierre dure. Les tiges et les manilles rouillées étaient empilées dans un coin et les crochets en acier dans le sol étaient encore en place. Des photos grisonnantes en noir et blanc sur les murs montraient ce que l’on avait trouvé dans les salles de torture lors de la libération de Phnom Phen ; 14 corps torturés ensanglantés, dénudés et brisés étaient laissés sur leurs lits

Les prisonniers sont des prisonniers de guerre.

D’autres pièces étaient bordées de milliers de photos d’identité de prisonniers, certains vivants, d’autres morts, tous ont été torturés. Des fils barbelés étaient encore tendus sur les paliers extérieurs pour empêcher les suicides, la mort était une meilleure alternative que la vie dans la prison. La visite était sans remords dans sa réalité brutale.

Sur les sept survivants, deux sont encore en vie aujourd’hui, l’un d’eux est Chum Mey. Nous avons visité sa cellule, le numéro 022, un espace en brique maladroitement construit d’environ six pieds de long et pas plus de trois pieds de large, ses chaînes, ses menottes et sa boîte de latrines restent. Il a survécu à des fusillades avec les Khmers rouges, à des attaques à la roquette pendant la guerre civile et, après avoir été traîné les yeux bandés à Tuol Sleng, il a enduré 12 jours et 12 nuits de coups répétés, de torture et d’électrocution. Il a perdu sa femme et ses quatre enfants pendant le régime brutal des Khmers rouges et a vu des amis et des membres de sa famille enchaînés, torturés et traités dans la chaîne de montage de la mort

Il a avoué qu’il n’avait jamais été condamné à mort.

Il a avoué travailler en tant que contre-révolutionnaire pour la CIA, une organisation dont il n’avait jamais entendu parler avant le début des tortures, mais tout pour arrêter la douleur. Il était mécanicien de métier et sa vie a été épargnée lorsqu’il a proposé de réparer la machine à écrire de ses propres interrogateurs. On lui a donné de la nourriture et on l’a mis au travail pour réparer toutes les machines à écrire de la prison jusqu’à l’arrivée des troupes de libération

Il a demandé à Socmail ce qu’il pensait de sa vie.

J’ai interrogé Socmail sur sa vie après la libération en 1979.

Vous pouvez lui demander vous-même, m’a-t-elle dit, il est en visite aujourd’hui, aimeriez-vous le rencontrer ? Cela m’a pris complètement par surprise, mais quel honneur, quel privilège rare.

Chum Mey est maintenant un charmant vieillard de 86 ans, joyeux et satisfait. De manière peut-être surprenante, il est heureux de parler de son séjour à Tuol Sleng, peut-être que cela fait partie du processus de guérison, mais ses cicatrices physiques sont toujours apparentes

La question de l’avenir de l’Europe est de savoir si l’on peut faire quelque chose de plus.

Nous nous sommes rencontrés pendant quelques minutes, je dois dire que j’étais bouleversé par ce type. Je venais d’entendre son histoire tragique et de me tenir là où il a été torturé et pourtant il m’a salué comme un vieil ami. La boule dans ma gorge m’a fait perdre la voix et les larmes m’ont piqué les yeux alors qu’il me prenait la main et posait pour une photo, il était bien plus maître de lui que moi. Comment réagissez-vous dans de telles circonstances ? En fronçant les sourcils, en jetant un regard furieux, en grimaçant ? Je me suis tourné vers lui pour voir un large sourire et un véritable bonheur sur son visage. Comment ma femme Helene a réussi à prendre la photo avec des larmes qui coulaient sur son visage, je ne sais pas, mais cette photo et le livre dédicacé que j’ai de lui sont des souvenirs extrêmement spéciaux et précieux de notre incroyable aventure de 10 mois.

Tuol Sleng

La photo a été prise à la main.

Nous avons parlé pendant quelques minutes par l’intermédiaire d’un interprète du temps passé il y a 40 ans dans le lieu même qu’il visitait maintenant en tant qu’invité. Il tenait à expliquer les tortures subies et m’a montré ses doigts pliés et cassés où il avait essayé de se défendre des coups de bâton qu’il avait reçus toutes ces années auparavant, et ses orteils déformés où ses ongles avaient été vicieusement arrachés de leurs orbites avec des pinces. Son corps n’a peut-être pas guéri, mais son esprit était alerte et rapide, répondant à mes questions de manière explicite et avec clarté

La question est la suivante.

« Pourquoi êtes-vous ici aujourd’hui ? » ai-je demandé, « vous préféreriez sûrement oublier le passé et mener votre propre vie sans que l’on vous rappelle les atrocités que vous avez vécues ? ».

« Non, David, » s’est-il empressé de me corriger. « Je suis l’un des rares à avoir survécu et la plupart d’entre eux sont maintenant partis. Je crois qu’il est de mon devoir de raconter mon histoire, je veux que le monde sache ce qui s’est réellement passé. Je ne veux pas que ces milliers de personnes qui ont connu une mort horrible soient oubliées. Alors peut-être que nous ne verrons pas cette terrible époque se répéter, pas seulement ici, mais partout dans le monde. ».

Quel homme courageux !

Alors que la vision utopique de Pol Pot devenait une réalité, son programme de purification s’est développé à des niveaux stupéfiants. Lorsqu’un interrogatoire permettait d’extraire un nom, toute la famille était arrêtée et envoyée à Tuol Sleng pour être exterminée dans les champs de la mort. C’était notre prochaine visite.

Choeung Ek est à environ 10 miles au sud-est de la ville dans le paysage luxuriant du Cambodge rural, c’est aussi le plus connu des 300 champs de la mort que l’on trouve dans tout le pays. C’est ici que les détenus de Tuol Sleng ont été transportés par milliers pour leur exécution.

Entre 1976 et 78, Tuol Sleng envoyait jusqu’à 300 personnes par jour à Choeung Ek. Des victimes torturées, terrifiées et traumatisées dont les Khmers rouges estimaient qu’elles avaient commis des crimes contre l’État. Des camions chargés d’hommes, de femmes, d’enfants et de bébés destinés à être massacrés le soir de leur arrivée.

La zone n’a pratiquement pas été touchée depuis la fin du régime khmer rouge en 1979. Bien qu’il y ait des chemins et quelques trottoirs de bois au-dessus des 129 fosses communes, lorsqu’il pleut, il y a toujours la faible odeur des cadavres en décomposition, tandis que des os, des dents et des morceaux de vêtements remontent à la surface

Les visiteurs sont invités à se rendre sur place.

Chaque visiteur dispose d’un casque et d’un commentaire audio, de sorte que le site commémoratif est sinistrement silencieux alors que les groupes et les couples se séparent pour que chaque individu puisse essayer de comprendre à son propre rythme cet environnement étonnamment triste. Il y a des visiteurs en contemplation silencieuse assis sous des arbres, d’autres qui sanglotent sans honte pendant le récit et d’autres encore qui sont clairement incapables d’assimiler ce qu’ils voient et entendent. C’est dur.

De même, Hélène et moi nous sommes séparées plutôt que de partager l’expérience, je pense que l’on doit gérer cela à sa manière

C’est un peu comme si l’on se séparait.

On a dit aux victimes qu’on les emmenait dans un environnement plus sûr, mais elles ont eu les yeux bandés et ont été assassinées sur le côté des fosses communes de la manière la plus efficace, la plus expéditive et la moins coûteuse possible. Peu de balles ont été utilisées, elles étaient trop coûteuses, alors ils ont été tailladés et matraqués à mort avec ce qu’ils appelaient des « outils de mise à mort », rien de plus que des outils agricoles. Des faux, des haches, des baïonnettes, des baguettes de nettoyage, des ciseaux, des couteaux, des marteaux et des massues étaient exposés aux côtés des crânes qu’ils avaient battus et brisés.

Un charnier d’environ 15 x 30 pieds contenait 450 victimes, un autre 166 sans tête. L’Arbre magique se trouvait au centre des fosses communes, il était utilisé pour suspendre des haut-parleurs diffusant de la musique forte pendant les exécutions afin d’étouffer les cris des mourants. La brutalité qui régnait ici était presque palpable.

La plus déchirante, et de loin, était The Killing Tree, à côté d’un charnier de 12 x 12 pieds contenant 100 femmes nues, de jeunes enfants et des bébés. Incroyablement, les balles étaient réservées aux bébés, non pas par un quelconque sens de la moralité, de la compassion ou de la sympathie, mais de manière grotesque pour le plaisir. Un bourreau jetait le bébé en l’air pour qu’un autre puisse lui tirer dessus.

L’obscénité des actions du bourreau se poursuit avec L’arbre de la mort, il a un grand tronc bien établi peut-être d’un mètre de diamètre, il est couvert de milliers de bracelets colorés donnés, à côté de lui se trouve un signe affligeant peint à la main.

Un Stupa commémoratif de 62 mètres de haut a été construit en 1988. Il s’agit d’une construction bouddhiste de 17 niveaux peu profonds avec des côtés en acrylique, dont les dix premiers présentent 9 000 crânes. Les autres niveaux portent certains ossements de la victime, mais il n’y avait tout simplement pas assez d’espace pour les exposer tous, alors la plupart sont laissés dans la terre.

L’expérience de la journée a bien sûr été choquante et angoissante, je crois que nous avons tous deux été quelque peu traumatisés par ce que nous avons rencontré

La journée s’est déroulée dans un climat d’incertitude et de peur.

Alors que nous quittions le champ de massacre de Choeung Ek, le récit audio s’est terminé par un message poignant. « Ce qui s’est passé ici est tragique mais pas unique. C’est arrivé à travers le monde dans le passé, et cela pourrait bien se reproduire. C’est une leçon dont nous devons tous tirer des enseignements, alors en rentrant chez vous, souvenez-vous de notre passé lorsque vous regardez vers votre avenir. ».

C’était un message puissant, faisant écho à la conversation que j’ai eue plus tôt dans la journée avec le courageux Chum Mey. Dans mon livre sur notre aventure de 10 mois, j’ai été tenté de ne pas décrire ce que j’ai vu et entendu. Mais ma conversation avec Chum Mey et le message audio final m’ont persuadé du contraire. Peut-être avons-nous, nous aussi, le devoir de raconter ce qui s’est réellement passé, c’est pourquoi je crois que vous devriez visiter la prison de Phnom Penh et les champs de la mort.

Laissez un commentaire

Votre e-mail ne sera pas publiée.