King livres

Le King livres est tout dans les détails. Ce sont les détails – des champs de maïs qui se balancent méchamment à la topiaire revivifiante – qui donnent envie au lecteur de regarder sous le lit pendant la lecture, si quelque chose du livre se répand dans la vie réelle. C’est pourquoi, dans notre sélection de livres de Stephen King, nous les avons classés non pas par ordre décroissant d’intrigue, mais plutôt par ordre croissant d’ambiance, bien que chacun d’eux mérite d’être lu séparément.

22/11/63

D’habitude on pardonne à Stephen King toutes ces briques de mille pages, car cinq cents pages passent comme une centaine, mais dans le cas du « 22/11/63 » il serait possible de prévoir la « Bibliothèque Aventure ».

L’intrigue est merveilleuse – le professeur d’anglais tombe dans le passé, cinq ans avant l’assassinat de Kennedy. Il a un objectif noble : sauver Kennedy. Avant que toute l’histoire de la traque d’Oswald ne commence, notre héros – Jake – entreprend une sorte de voyage à travers les vagues de la mémoire. Il se rend d’abord dans la ville de Derry du roman « It » et y sauve des vies (c’est un roman).

Puis il se retrouve dans une petite ville du Texas, tombe amoureux d’une bibliothécaire, monte une pièce de théâtre à l’école et sauve à nouveau tout le monde (c’est le deuxième roman). Eh bien, le troisième – toute l’histoire avec Lee Harvey Oswald et la prévention de la tentative d’assassinat. Mais dès le troisième roman, on commence déjà à être un peu malade des deux premiers et du sucre sentimental, qui ici est plus que de l’horreur.

Docteur Sleep (2013)

Stephen King a abandonné l’idée d’écrire une suite à Salem, et peut-être que dans le cas de L’enfant lumière, il n’aurait pas dû le faire non plus. Il ne faut cependant pas penser que Docteur Sleep est un roman ennuyeux ou sans intérêt. Non, l’histoire de l’adulte ivre Danny Torrance et d’Abra, une fille aux pouvoirs surnaturels, combattant des vampires qui mangent des enfants avec de la « brillance » est très bien faite, bien qu’un peu aqueuse. L’intrigue est animée, la fille est premier ministre, diligemment non-buveur, Danny est une histoire complètement différente. Mais dans ce roman, il n’y a pas une goutte de ce qui était dans L’enfant lumière : un sentiment d’horreur sans visage et le plus noir qui se tient littéralement derrière le lecteur. Par conséquent, vous devriez lire ce roman sans aucun égard pour L’enfant lumière – c’est juste un thriller mystique cool, mais pas plus. Fanfiction basée sur un bon roman, qui, par une étrange coïncidence, a le même auteur.

Dôme (2009)

Le roman « Dôme » ressemble presque à “Salem », mais sans vampires et sans aucun caractère d’un autre monde. Le seul détail fantastique est un immense dôme transparent qui, d’un coup, en une minute, a coupé la petite ville de Chester’s Mill du monde extérieur.

Il n’y a aucun moyen de retirer le dôme, l’oxygène s’épuise, les fournitures s’épuisent aussi – et c’est ici que l’obscurité et la pourriture commencent à s’infiltrer parmi les habitants de la ville, ce qui est cent fois pire que les vampires. Pour commencer à se détester, il s’avère que les gens ont juste besoin de devenir très, très proches les uns des autres.

Salem (1975)

C’est probablement l’un des romans les plus sanglants de King. Ici, non seulement un mal absolument compréhensible et relativement visible – les vampires – mais aussi le sang coule comme une rivière, les yeux coulent et quelqu’un est sûr de percer la poitrine avec un craquement, sinon avec un couteau, puis avec une croix ou un tremble pieu. Bien sûr, lire de telles scènes fait peur, surtout la nuit, mais, en général, toutes ces rivières de sang et ces kilomètres de cous mordus ne sont pas la pire chose du roman.

Ici, à Stephen King, un autre type de mal s’installe lentement sur la scène, qui s’appelle « une petite ville et ses habitants ». Lorsque les vampires capturent progressivement Salem, en fait, personne ne le remarque – le mal vit depuis longtemps tranquillement pour lui-même dans l’étroitesse et l’étroitesse les plus grises de la ville, et les vampires l’ont en fait aidé à sortir.

Joyland (2013)

Si vous regardez « Joyland » du point de vue de la structure générale de l’intrigue, vous pouvez voir qu’elle est en fait assez biaisée vers la seconde moitié du livre. L’intrigue et développer quelque chose commence vraiment quelque part au milieu. Mais tout ce qui précède est l’histoire de l’étudiant Devin Jones, qui est venu travailler l’été dans un parc d’attractions, est tombé amoureux de la sensation même de carnaval qui flottait dans l’air comme l’odeur du pop-corn, et y est resté pour travailler.

C’est probablement le seul roman de Stephen King où vous pouvez vous détendre sans craindre que quelque chose de vraiment effrayant vous saute aux yeux à cause d’un rebondissement : un clown effrayant ou une folie humaine.

livres stephen king

Le Pistolero (1982, 2003)

Quand on commence à lire sur les pérégrinations de Roland Deschain, on se souvient aussi du conte écossais sur Roland, qui est allé voir le roi des elfes pour sauver ses frères aînés et sa sœur Ellen. Dans le conte de fées, le magicien Merlin donne des conseils à Roland – lorsqu’il entre dans le pays des fées, qu’il coupe la tête de quiconque lui parle, et Roland tue le vieux troupeau de volailles, le berger et le berger le long de la façon.

Le Pistolero est le cas lorsque le premier livre de la série s’est avéré non pas le plus fort, mais, grâce au sédiment un peu opium de la poésie victorienne, le plus intrigant. Le monde même dans lequel se déplace le Pistolero – avec le désert, les succubes et l’étrange Homme en noir (une autre réincarnation de Randall Flagg de « Confrontation ») – est ce qui maintient le lecteur derrière le livre.

L’enfant lumière (1977)

Il est tout à fait compréhensible que Stephen King ait réprimandé Kubrick pour avoir filmé L’enfant lumière – ils disent qu’il a tout bouleversé. Kubrick a sorti un film sur la façon dont cette folie se réveille chez une personne folle. Le livre de King raconte comment le mal – le mal absolu et pur – lentement, goutte à goutte, ronge le cerveau des gens les plus ordinaires. En fait, c’est pourquoi L’enfant lumière est presque l’un des romans les plus effrayants de Stephen King. Evil in L’enfant lumière est quelque chose d’invisible et sans visage qui prétend soit être un buisson ressuscité, soit jaillit du bain comme un cadavre bleuté. Mais de quoi, grosso modo, est fait le cadavre et ce qui fait que l’art topiaire montre ses dents chez Jack Torrance, le lecteur ne le voit pas.

Ça (1986)

Très souvent, les livres de King ne parlent pas tout à fait de ce dont ils semblent parler. Vous pouvez, bien sûr, lire « Ça » uniquement comme une horreur culte : celui qui ne connaît pas Pennywise, tout le monde connaît Pennywise. Mais l’histoire de la façon dont dans la petite ville de Derry les égouts étaient remplis de morts n’est pas la chose la plus intéressante de ce roman. Des bras coupés, l’odeur de la mort, un clown souriant sont tous un écran de fumée pour un roman sur les horreurs de grandir et la valeur de l’amitié, n’importe quelle amitié.

King, en fait, est un grand écrivain de romans pour adolescents, il est très doué pour décrire et caractériser les adolescents exclus. Comme dans le cas de « Carrie », alors ici – le « Club of Losers » en termes de force de sa réalité étonnante est presque plus puissant que l’image de Pennywise. L’histoire de sept amis – Bill, Eddie, Mike, Beverly et d’autres – se compose, grosso modo, de deux parties. La première partie – les enfants grandissent, se font des amis, vont à l’école et essaient de se comprendre.

La deuxième partie – les enfants combattent le mal, ce que les adultes ne remarquent résolument pas. Ainsi, la première histoire, bien qu’inextricablement liée à la seconde, est en réalité beaucoup plus intéressante et compréhensible. Après tout, quand un clown maléfique sortira-t-il de vos toilettes ? Mais tout le monde a probablement rencontré des intimidateurs comme Henry Bowers, et tout le monde sait qu’ils sont plus effrayants qu’un clown. « Ça » et son principal méchant – le clown Pennywise – se sont retrouvés non seulement sur les pages de deux romans de King, mais déjà dans deux films, ainsi que dans de nombreux mèmes, jeux, productions. Nos partenaires de FrCasinoSpot ont même révélé qu’ils avaient des machines à sous en ligne en argent réel conçues dans le style de cet affreux clown.

Carrie (1974)

On sait que lorsque King a écrit « Carrie », il était terriblement tourmenté – il lui était difficile de donner toute cette physicalité féminine, la nudité et la laideur de sentiments et d’expériences réels, et non romantiques, le sang et l’hormone générale biaisée du texte.

Pourquoi réaliste ? Regardez, dans la masse des romans sur les adolescents, la fille laide qui se fait botter par toute l’école est le plus souvent terriblement pelucheuse à l’intérieur. Elle a certes une vie difficile, mais elle adore lire des livres, emmener des vieilles femmes de l’autre côté de la rue et pour cela, elle découvrira un jour un appareil dentaire, des lentilles de contact, des laques texturantes et un garçon. Mais l’histoire de Carrie – une fille paria qui est brutalement intimidée par ses camarades de classe – est réelle précisément dans la façon dont Carrie elle-même est et comment elle réagit à l’intimidation. King ne photographie pas avec compassion son acné ou ne peuple pas son monde intérieur de licornes roses. Carrie ressent, bouge, pense exactement comme se comporte une adolescente très mal aimée et très troublée.

Stephen King était timide, mais en conséquence, il a écrit un roman véritablement féministe, dont la morale est la suivante: la menstruation n’est pas un motif de blagues, une fille laide ne signifie pas faible, la mort est inévitable, mais si vous vous comportez laide ( avec des filles), ça viendra plus vite.

Confrontation (1990)

La « Confrontation » a une intrigue très simple : des gens sont morts, mais pas tous. Ceux qui ne sont pas morts, une bonne partie du roman va quelque part. C’est en effet toute l’intrigue, mais en même temps, vous devez absolument lire la « Confrontation » dans la version complète. En 1978, lorsque le roman a été publié pour la première fois, il est sorti avec d’énormes coupes parce que l’éditeur a dit : « Stephen, personne ne va lire 1200 pages, s’il vous plaît, coupez le livre. » Ensuite, Stephen King a retiré environ 400 pages de The Confrontation, mais en 1990, il les a rendues, écrivant une préface pour la nouvelle édition, dans laquelle il expliquait que c’était sous cette forme que le roman devenait à la fois plus profond et plus logique. Et c’est effectivement le cas.

Stephen King voulait écrire quelque chose de similaire au Seigneur des anneaux, et il a probablement réussi – dans le sens où dans les romans de Tolkien, et ici – la chose la plus intéressante commence à se produire non pas là où les héros combattent les morts et quand ils s’assoient se reposent entre les aventures, on finit par les connaître d’un peu plus près.

Laissez un commentaire

Votre e-mail ne sera pas publiée.