Catégories
Zoo animalier et aquarium

Faits étonnants sur les poissons volants que vous devez découvrir

Le terme «poisson volant» peut sembler être un oxymore au premier abord, mais ces créatures apparemment anormales existent, et sont l’une des merveilles les plus fascinantes de la nature. Cet article décrit ces créatures étonnantes.

Le saviez-vous ?

Les poissons volants peuvent rester en l’air pendant plus d’une demi-minute !

Comme presque tous les animaux « volants « non aviens, les poissons volants ne « volent « pas vraiment, mais glissent sur leurs longues ailes semblables à des planeurs. Ils se sont développés il y a environ 65 millions d’années, mais il existe des preuves de l’existence d’une classe non apparentée de poissons volants, antérieure à celle des poissons modernes.

La capacité à se propulser hors de l’eau est un mécanisme de défense contre les prédateurs aquatiques. Ironiquement, cela en fait des cibles plus faciles pour les prédateurs au-dessus de l’eau, comme les oiseaux de mer et les humains. Mais ce retournement de situation n’entrave pas de manière significative l’avantage que les poissons tirent des prédateurs subaquatiques.

Volonté

Les poissons volants ont un corps long et étroit, qui est excellemment profilé pour réduire la traînée. Leurs yeux sont assez grands par rapport à leur corps, ce qui leur donne une bonne vision hors de l’eau ainsi que dans l’eau. Lorsqu’ils sont sous l’eau, ils ne s’aventurent jamais en eaux profondes, car cela annule leur capacité spéciale. Ils nagent près de la surface, et gardent leurs nageoires près du corps.

Ils n’ont pas le temps de se déplacer.

Lorsqu’ils sont menacés, ils utilisent leur queue pour se propulser au-dessus de l’eau – ils battent leur queue sous l’eau plus de 50 fois par seconde (jusqu’à 70) et, une fois hors de l’eau, utilisent leurs ailes pour planer sur des distances de plus de 50 m. À la fin d’un vol, ils peuvent soit retomber dans l’eau en repliant leurs ailes, soit prolonger leur vol en frappant à nouveau la surface de l’eau avec leur queue lorsqu’ils sont en l’air. Ils peuvent sauter à une hauteur stupéfiante de 6 mètres et planer pendant une durée maximale enregistrée de 45 secondes ! Ils peuvent atteindre des vitesses allant jusqu’à 30 km/h lorsqu’ils sortent de l’eau, mais ralentissent ensuite pendant leurs vols planés, car leur queue ne peut pas les propulser dans l’air.

Classification

Kinghambre : Animalia
Phylum : Chordata
Class : Actinoptérygii
Ordre : Beloniformes
Famille : Exocoetidae

La famille est divisée en 7 genres (bien que d’autres définitions puissent en définir 8 ou 9) :

Cheilopogon, Cypselurus, Exocoetus, Fodiator, Hirundichthys, Parexocoetus et Prognichthys

Ces genres contiennent, selon des définitions différentes, 45 à 64 espèces.

Distribution mondiale et habitat

Les poissons volants sont présents partout dans les zones équatoriales et tempérées, s’épanouissant dans les eaux chaudes du monde entier. On les trouve principalement dans l’océan Indien et l’océan Atlantique, ainsi que dans des parties considérables du Pacifique en Océanie. Comme mentionné précédemment, on les trouve principalement dans les zones pélagiques (couche supérieure) et peu profondes de la masse d’eau. Cela leur permet non seulement de tirer le meilleur parti de leur mécanisme de défense inhabituel, mais aussi de maximiser leurs chances de trouver leur nourriture préférée.

fait poissons volants

Diète et prédateurs

Les poissons volants se nourrissent principalement de plancton et d’autres algues, bien que certains puissent manger des poissons plus petits. Cela les place dans une niche écologique aquatique équivalente à celle des petits herbivores terrestres. De même, ils sont poursuivis par une grande variété de prédateurs océaniques, notamment les dauphins et les marsouins, les thons, les calmars, les oiseaux de mer, les espadons, les marlins et à peu près tous les autres poissons carnivores plus grands qu’eux. La prédation humaine n’est pas aussi importante dans leur cas que dans celui d’autres poissons commercialement importants, mais ils sont considérés comme un mets délicat dans de nombreuses cuisines, notamment en Chine, au Japon, en Corée (les deux), en Indonésie, au Vietnam, en Inde, dans les Caraïbes – en particulier à Barbados, et dans toute l’Océanie.

La Barbade, autrefois surnommée «le pays des poissons volants», tient cet animal en particulièrement haute estime. Il est l’animal national de la Barbade et occupe une place d’honneur dans la cuisine barbadienne. Bien qu’il ne soit plus aussi abondant autour de la Barbade, il est toujours très apprécié et occupe une place importante dans la culture barbadienne.

Cuisine

Et le plat national de la Barbade se compose d’une concoction locale connue sous le nom de cou-cou et de poisson volant. En dehors de la Barbade, le poisson volant est un fruit de mer prisé sur toute la côte orientale de l’Asie, et il est pêché commercialement du Japon à l’Inde. La cuisine japonaise utilise principalement le poisson séché et les œufs (œufs de poisson) des poissons volants, dans un plat appelé tobiko. C’est également un aliment important à Taïwan, notamment sur l’île de l’Orchidée, où il constitue la base de la nourriture.

Des faits intéressants

Le poisson volant de Californie est le plus grand poisson volant ; il culmine à 18 pouces. La plupart des autres types atteignent des longueurs d’environ 8 à 12 pouces.

Les jeunes poissons volants ne ressemblent pas aux adultes. Les juvéniles ont une apparence colorée et de longues moustaches sur le côté de leur bouche. Ils ressemblent aux fleurs et aux éclosions de la plante Barringtonia, communément appelée cornbeefwood, ce qui leur fournit un camouflage naturel.

Les yeux des poissons volants sont, par rapport à la taille de leur corps, assez grands, et plats. Cela leur permet d’avoir une bonne vision à la fois dans et hors de l’eau.

Ils sont attirés par la lumière. Ce trait est utilisé dans les îles Salomon, où les pêcheurs attrapent les poissons volants lors des nuits sombres, en utilisant des torches pour inciter les poissons à sauter, puis en les attrapant en plein vol.

Pendant leurs nageoires pectorales (leurs pseudo-ailes), ils ont des queues fourchues inégales (nageoires caudales). Ici, le lobe inférieur est plus long que le lobe supérieur.

Plusieurs espèces ont également des nageoires pelviennes allongées (nageoires arrière), et sont par conséquent connues sous le nom de poissons volants à quatre ailes.

Tout voyage sur les côtes tropicales et tempérées ne serait pas complet sans s’aventurer en mer pour repérer ces créatures étranges et merveilleuses !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *